Les 7 archétypes du féminin

Explorer les archétypes, c’est avant tout explorer nos racines ancestrales et collectives.

Ainsi dans ce post, je souhaite vous parler de 7 archétypes principaux qui régissent la vie des femmes occidentales depuis longtemps.

Le but de ce post est de nous questionner sur les archétypes : devons nous continuer à honorer ces archétypes, à en créer de nouveau ou de trouver un équilibre des deux?


Partons en exploration.

Le but des archétypes dans notre vie de femme moderne?


Il faut bien comprendre que les archétypes régissent notre vie depuis des millénaires.

Ce sont des sortes de moules renvoyant à des idées spécifiques, des symboles culturels ou encore des images qui sont gravées dans l’inconscient collectif.

Alors dans quel(s) moule(s) joues-tu ton rôle de femme ?

Crois-tu pouvoir sortir de ces moules? En as tu envie?


J’ai décidé ici de parler de 7 archétypes. Cela ne signifie pas qu’il n’y en a que 7, ni que ce sont les principaux. Mais je les trouve très puissants dans notre mode de fonctionnement de femme occidentale.


Grigori Grabovoi, scientifique décoré de 4 doctorats, vous expliquerait que notre réalité est avant tout créée par l’inconscient collectif. Pour sortir de cette matrice, nous devons prendre le temps de faire des concentration et des pratiques quotidiennes, comme la méditation, afin de ne pas être influencé par la pensée collective.

Par exemple, as-tu déjà remis en question la couleur de l’herbe verte? Dans le conscient collectif impossible! Mais dans le conscient libre tout l’est. Alors pourquoi l’herbe ne serait pas rose ou multicolore?


Plus sérieusement, un des archétype voulu par la société et qui influence la majorité des personnes est que tu réussisses ta vie. Ce qui signifie, selon la société, que tu as une belle maison, des enfants avec qui tu es gentille et dévouée, un chien ou un chat, un mari avec qui tu as une sexualité épanouie, un métier où tu gagnes de quoi vivre de luxe et de voyages à l’autre bout du monde pour faire des selfies où ta communauté likera tes photos filtrées .


Alors tu reconnais cet archétype? Cette wonderwoman qui vient dicter une vie de femme parfaite et qui oublie de te montrer le chemin de burn out ou de fatigue importante qui suivra inévitablement!

Les archétypes sont partout mais intéressons nous de plus près aux 7 archétypes de la femme moderne.





Les 7 archétypes de la femme moderne


Petite liste sortie de mon chapeau magique de sorcière :

  • la femme sauvage et libre

  • La femme aimante et douce

  • La femme sensuelle et initiatrice

  • la femme créatrice et enchanteresse

  • la femme divine et puissante

  • La femme sage et prêtresse

  • la femme guérisseuse et chaman



La femme sauvage et libre

"La femme sauvage et libre fait des choix en conscience pour vivre ce qui l’anime au plus profond d’elle-même."

Toutes les conférences, posts ou causeries des nanas éveillées que j’ai donné sur le sujet sont plébiscités.

Pourquoi?

La femme moderne est en marche, elle n’est plus cette femme soumise à son mari.

Elle a acquis certains droits : libre de son corps et de sa sexualité (contraceptifs, habillement), libre de parler, de travailler et de faire ce qu’elle veut de son argent. Rappelons- nous que ces droits ne sont pas si vieux!


Mais cela ne lui suffit pas, elle veut être LIBRE, c’est à dire qu'elle veut oser montrer au monde qui elle est depuis ses entrailles, ce qui l’a passionne, l’a fait vibrer, la questionne, l’envoûte.

Elle ne veut plus avoir peur des animaux féroces qui peuvent l’attaquer sortie de sa grotte, elle ne veut plus se taire quand elle est violée, harcelée, jugée…

Elle ne veut plus correspondre à cette wonder woman emprisonnée dans un archétype sociétal basé sur des codes patriarcaux.

Elle ne veut plus se soumettre pour plaire au monde ou à sa famille.


La femme libre et sauvage, ne court pas nue dans les champs. Même si cette expérience peut être salvatrice, goûteuse, libératrice.

La femme sauvage et libre peut aimer les femmes, peut s’habiller comme elle veut, crier ou gueuler, être dirigeante ou patronne, gagner plus que son mari ou sa compagne, ne pas vouloir d’enfants ou ne pas être mère au foyer.

La femme libre et sauvage n’a plus peur des rapaces malsains (ces hommes qui croient encore que la femme est soumise à leurs désirs, leurs gestes, leurs paroles), des patrons qui veulent le pouvoir, des politiciens qui imposent des lois, des autres femmes jalouses ou qui se comparent.


La femme sauvage et libre fait des choix en conscience pour vivre ce qui l’anime au plus profond d’elle-même.

Elle ne demande le consentement de personne, et n'a pas besoin de permissions pour créer sa vie.

Elle respire le vent, le goût de la vie, honore son corps et prends soin de cette liberté qu’elle s’offre pour montrer l’exemple à ses soeurs qui veulent aussi goûter pleinement qui elles sont.


Mais attention car la femme libre ne doit pas se laisser bercer par une fausse liberté en fuyant dans les voyages-le travail ou le développement personnel.. dans le non engagement, dans la volonté d’être seule… elle fait partie d’une communauté qui est celle de l’humanité.


La femme aimante et douce

“La femme doit aussi montrer le chemin de la douceur et de l’amour pour que ce monde change.

Si je vous dis “Sainte Marie, mère de Dieu”! Que l’on soit catholique, élevé dans le catholicisme ou tout simplement français...la religion catholique a contribué depuis l’air des templiers à formater les esprits et poser un cadre aux femmes.


On attendait d’elles une loyauté, de nourrir les enfants, de féconder les descendances, de se montrer toujours belles ou alors elles étaient relayées au rang de servante pour les hommes et les champs.

Cette image de Marie, offerte par une église écrite de la main d’hommes, l’a décrit comme une femme pieuse, qui ne connaît pas le plaisir de la chair, qui prie et se tapis dans le silence. Pas facile d’oser être soi dans cet archétype qui s’offre corps et âme à ses enfants, son mari et ses devoirs!

Les femmes de la génération de mes parents (j’ai 40 ans), on pour beaucoup oeuvrées sur ce chemin. La nouvelle génération ,les déconcertes d’ailleurs par leur liberté d’oser.


Mais Marie offre aussi la possibilité de se relier à la douceur et l’amour.

Dans cette société où tout va vite, ou tout est dit sans chercher à vérifier (fake news), où chacun dit sa vérité sans chercher à comprendre celle des autres, où la dualité prime, où la croissance et la rentabilité harcèlent les salariés et mettent la pression sur les patrons, où les antidépresseurs cachent l’épuisement mental… il est intéressant de se relier à cet archétype.


La femme est devenue à l'extrême très yang, très masculine. Comme si, pour exister dans cette jungle, elle devait s’armer, crier, s’agiter, se valoriser, prouver, grimper les échelons…

Mais la femme doit aussi montrer le chemin de la douceur et de l’amour pour que ce monde change.

Oser prendre du temps pour elle, oser ne rien faire, buller en regardant les nuages pendant que le ménage attend, oser se mettre en priorité même quand les enfants accaparent notre temps, oser honorer son corps avec du sport, une alimentation saine, du repos, de la méditation, des respirations, du rien.


Cette femme moderne ose accueillir les émotions, le vide, la vie dans ce qui est dur mais aussi jouissif. Elle écoute le temps car elle prend le temps.

Ce dernier alors lui dévoile les secrets des lois universelles et ouvre son intuition à plus grand qu’elle!


La femme initiatrice et sensuelle


"La femme moderne doit oser se libérer des entraves dans son vagin et reprendre son plein pouvoir pour jouir de sa vie dans tous les domaines de sa vie."

Lilith, vous en avez déjà entendue parler? Elle aurait été la première femme d’Adam. Mais cet archétype qui représente la sensualité, le plaisir a été diabolisé en une femme qui se parjure dans la luxure. Comme si le plaisir et la sexualité n’était pas bien, bon pour la femme.

On a alors créé les mots comme “salope”, “pute”, “putain”... afin de montrer du doigt les femmes qui aiment jouir de leur corps.

Je ne dirais pas que c’est un complot mais quand même! Quand on sait que c’est dans le vagin que la femme engramme ses peurs, celles aussi de sa lignée familiale et des mémoires collectives (comme les viols, excisions…).


Depuis que les femmes sont en marche dans cette liberté d’oser être, elles parlent vulve, clitoris, yoni, oeuf de jade, symptothermie, jouissance clitoridienne et vaginale, orgasme, orgaste, yoni spa, sex toys, masturbation féminine.

Mais on est loin de cette vraie libération.

Beaucoup de femmes ont honte de se toucher, on peur de s’habiller de manière sexy pour ne pas être injuriée ou emmerder dans les rues, peur de se montrer volage, peur d’oser dire qu’elle adore jouir , peur de reprendre leur plein pouvoir en tant qu’initiatrice.


Dans les temples d’Egypte d’Isis et Osiris, certaines femmes étaient des initiatrices de la sexualité sacrée auprès des hommes et des femmes.

Ces initiations servaient à retrouver le pouvoir des femmes dans leur bassin afin d’oser oeuvrer pleinement dans leur vie. Elles permettaient aux hommes de toucher aux différentes facettes de leurs ombres mais aussi de leurs lumières, elles permettaient l’union au grand tout dans des orgastes universelles, elles permattaient de contrôler l’essence (sperme) afin d’énergétiser le corps, elles permettaient par certaines pratiques de se relier aux consciences et dimensions supérieures pour avancer sur leur chemin.

Ces femmes initiatrices ne mélangaient pas amour relationnel et sexualité sacré. C’était une mission honorable, respectée et importante.

Aujourd’hui, je suis convaincue que certaines femmes reviennent dans cette incarnation pour initier à nouveau.

J’en fais partie, c’est pourquoi j’initie les femmes par des méditations et exercices à reconnecter cette énergie puissante.


La femme moderne doit oser se libérer des entraves dans son vagin et reprendre son plein pouvoir pour jouir de sa vie dans tous les domaines de sa vie.



La femme créatrice et enchanteresse


"Il suffit d’oser parfois une seule fois créer pour vouloir tout changer."

Créer! Doit-on être artiste pour créer? C’est l’image que certaines femmes pensent.


Mais être créatrice c’est avant tout créer sa propre vie.

Que l’on veuille donner la vie, nous marier, être dans un van pour faire le tour du monde, vendre des bijoux fait main, proposer nos services, créer un plat avec amour et fantaisie sans suivre de recettes… tout ceci est de la création.


Créer sa vie demande d’oser, de se dépasser, de voir de la magie pour colorer ce qui reste encore terne et triste dans notre vie.


La femme créatrice enchante sa vie.

Il suffit de changer sa robe noire en ajoutant une broche de fleur rose fuschia et un foulard dans les cheveux pour redonner du peps à sa journée.

il suffit d’un plaid, d'une bonne tisane, de quelques bougies et d'une musique d’ambiance pour qu’une journée pluvieuse devienne savoureuse.

Il suffit d’un appel chez un éditeur pour que ce roman qui traînait depuis 2 ans dans le tiroir soit publié.

Il suffit d’oser parfois une seule fois créer pour vouloir tout changer.

Alors quelles sont les parties ternes et grises de ta vie que tu as besoin d’enchanter pour devenir créatrice et magicienne de ta vie.


Ta baguette magique est en toi!


la femme divine et puissante



"C'est une femme connectée, éveillée, consciente. "

Nous évoquions que pour accéder à sa puissance, il faut d’abord libérer le vagin.

Il faut ensuite créer sa vie en ajoutant de la couleur et de la beauté à notre quotidien.

Il faut avoir contacté la femme libre pour oser dévoiler son essence au monde.


La femme divine n'est pas une divinité déconnecté de son quotidien ou de ce monde.

Elle est à la fois connecté aux mondes subtiles par ses talents naturels de clairvoyance, clairaudience, clair ressenti… et ses talents de femme dans l’ici et maintenant qui fait le ménage, repasse, s’occupe de ses enfants, paye ses factures, cuisine, fait de la gym ou du jardin…


La femme divine est reliée aux anciennes déesses pour l’accompagner comme un murmure sur le chemin de l’Etre divin en soi. Elle écoute donc avant tout son intuition, cette petite voix qui n’a ni raison, ni de réflexion.

Elle assume ainsi sa part mystérieuse qu’elle sait, faire partie intégrante de la vérité de cette vie.

Ainsi, la femme divine à les pieds sur terre et la tête dans les étoiles, alignée sur son axe verticale pour avancer horizontalement vers son chemin de puissance.


Cette puissance n’est pas pour elle, pour sa petite personne égotique.

Sa puissance sert plus grand qu’elle. Elle le sait et n’a besoin ni de prouver, ni de justifier qui elle est car elle EST chaque instant de cette vie en fesant de son mieux. C'est une femme connectée, éveillée, consciente.


Sa puissance est utile avec le coeur ouvert, les bras tendus vers ce qu’elle doit choisir pour servir au mieux son destin et ses soeurs et frères humains; mais aussi honorer la vie en toute chose avec les éléments, les animaux, les pierres, la nature.


Cette puissance, bien placée permet de déplacer des montagnes et de s’unir à la puissance des autres femmes, qui comme elle, on apprit la sagesse et l’humilité. Ainsi, naît le tissage entre femmes, cette toile qui vibre, qui scintille pour apporter lumière et amour à tous, même à nos ennemis!


La femme sage et prêtresse



"Elles ont oser dire de grand “OUI” d’engagement envers elles-même et les initiations que les prêtresses leurs administres."

Cette femme à l’âge d’or dont les cheveux blanchissent au fil du temps, coule telle la rivière, dans la sagesse.


Il est fou de croire que toutes les femmes ménopausées sont devenues sages! La preuve, plus elles ont des symptômes de ménopause (bouffées de chaleur, poids,envie de sucre...) plus cela montre leurs réticences et la guérison à faire avec le temps qui marque leur vie et leur corps.


Mais la nature à voulu que les femmes ménopausées deviennent gardiennes de la sagesse ancestrale.

Cette sagesse apprise tout au long de leur vie par l’expérience et l’intégration des leçons de vie, qui leur ouvre l’accès aux lois universelles.


Cette sagesse est une transmission à porter comme un flambeau avec dignité, fierté et humilité. La femme sage ne cherche pas à convaincre, elle transmet ce qu’elle sait. A chacun de prendre ou pas cette sagesse pour avancer. La femme sage d’ailleurs, n’attends plus rien, elle n’a ni but, ni objectif, juste vivre l’instant présent avec ce que la vie lui présente et lui offre.


Certaines femmes jeunes ont cette sagesse car elles ont déjà vécu de nombreuses vies antérieures et viennent aider par leur exemple. Elles n’ont pas besoin de prouver sur les réseaux sociaux qui elles sont, ni leurs vie dans les détails pour être affubler de likes. Mais elles agissent et par leurs actes, elles parlent bien depuis le coeur, de la sagesse et des lois universelles.


La femme sage est reliée aux prêtresses, telle qu’Isis ou Marie Madeleine.

Elles ont oser dire de grand “OUI” d’engagement envers elles-même et les initiations que les prêtresses leurs administres. Cette femme prêtresse à un loyauté forte envers la vie, envers le chemin de vérité telle une quête d’humilité.

La femme prêtresse ne se perd pas dans les appâts brillants de la société, ni dans la futilité qui permet de fuir la réalité. Elle connaît bien l’ombre et la lumière de ce monde, dont les siennes.

Mais elle reste alignée pour servir au mieux la lumière divine. Elle est engagée pour écouter les voix des prêtresses qui la guide et parfois cela lui demande courage, volonté et détermination face à une société qui ne cherche pas l’engagement envers la VIE.


La femme guérisseuse et chamane


"La femme chamane est aussi une sorcière, guérisseuse mais sa connexion essentielle est d’être reliée avec la nature."

Les femmes guérisseuses sont les nouvelles sorcières des temps anciens. Celles qui ont été brûlées pour leurs pouvoirs. Les femmes guérisseuses n’ont pas toutes encore dévoilées leurs talents car la peur des mémoires d’antan régis encore leur utérus.

La femme guérisseuse connaît et/ou est attirée naturellement par les plantes, les aliments sains, la respiration… tout ce qui touche de près ou de loin à prendre soin du corps que ce soit par les thérapies, le bien être, la santé physique, mentale et énergétique.

Ces nouvelles sorcières sont souvent discrètes car elles veulent faire dans leur coin leur popote, leur elixirs, leurs sauces, leurs magies…


Pas besoin de se grimer pour être sorcière, pas besoin de chaudron car le challenge des sorcières des temps moderne est de relier leurs anciens savoirs avec la science quantique d’aujourd’hui. Elles doivent créer la magie de l’ancien et du nouveau car il en sert à rien de revenir en arrière ou d’être nostalgique. L’ancien n’existe plus pour de bonnes raisons. Créons alors du neuf, du jamais vue!


La femme chamane est aussi une sorcière, guérisseuse mais sa connexion essentielle est d’être reliée avec la nature. Elle parle aux éléments, aux plantes, à la Terre, aux astres, aux étoiles, aux planètes. Dans notre société on associe chamane au tambour. Le tambour est un accès, une porte à ce langage. Mais il n’est pas le seul. Il est possible d’utiliser la danse, le chant, les bols, les instruments de musique, les plantes … c’est l’état de transe qui permet cette accès.


Ainsi, la chamane permet cette reliance de notre être divin avec le grand tout et nous faire découvrir que nous ne sommes qu’un seul et même langage à honorer, protéger, sacraliser.


Belle quête avec vos 7 archétype. Audrey

Bienvenue dans l'authenticité de la vie avec mes mots

Inscris toi pour ne louper aucun article

  • Icône sociale YouTube
  • Facebook
  • Instagram

Tu as un message? Partageons nos idées

Audrey by Ame de femme "journal d'une nana authentique"