Etre mère : une obligation pour se sentir femme?

Je vous ai déjà parlé de ce fameux archétype de la sacro sainte “Marie”, portée par la religion chrétienne comme le modèle féminin à suivre. Voir les 7 archétypes sur ici.

Pour commencer, il n’est pas facile de suivre un modèle de mère basée sur un rejet de la sexualité dans la fécondité.

Aussi, il est difficile de s’identifier à une femme que l’on sacralise comme une sainte, donc une femme parfaite!


Depuis des décennies, la société nous rabâche que nous devons passer par la case maternité pour devenir une femme accomplie.

Qu’en est’il donc réellement?


Commençons par nous intéresser au processus de la maternité!




"Les spécialistes en neuroscience vous dirait que la croyance, de devoir enfanter pour peupler le monde, est toujours d’actualité tant que la croyance commune ne change pas"


La femme dans son état primale!


Depuis la nuit des temps, il est engrammé dans notre ADN qu’afin que le monde survive nous devons enfanter.

Il est vrai qu’au temps de la préhistoire, les chances de survie étaient minces face à des bêtes sauvages! Il en ai de même lors de la seconde guerre mondiale, où les enfants étaient les cibles de la famine et des balles.

Mais de nos jours, ne sommes-nous pas en surpopulation?La Terre est peuplée de 7.7 milliards d’humains actuellement contre 2 milliards dans le début des années 1900. On estime à 10 milliards le nombre en 2050.

Les spécialistes en neuroscience vous dirait que la croyance, de devoir enfanter pour peupler le monde, est toujours d’actualité tant que la croyance commune ne change pas. Cependant, nous sommes chanceux car vous avez la capacité de modifier vos schémas neurologiques vous-même. Si le sujet vous intéresse, vous pouvez écouter les vidéos de Joe Dispenza, de David Laroche ou encore de Nassim Haramein ou encore vous pencher sur les outils de Grigori Grabovoi.


Ainsi, entendre encore au 21ème siècle que porter un enfant est naturel et viscéral est faux car cela est basé sur d’anciennes données démographiques et croyances planétaires.

Est-il temps de mettre au placard cette croyance pour que chaque femme soit libre de vivre sa vie sans jugements ou remarques?


Chacun à son point de vue qui s’oppose complètement.

Par exemple, il existe, un noyau de jeunes qui ont décidé de pratiquer de “l’écologie d’enfantement” en refusant d’avoir des enfants pour éviter la surpopulation et donc le manque de matières premières.

Il y a aussi des regroupements qui accusent les femmes qui ne veulent pas d’enfants, comme si ce choix aller à contre sens de la vie et de la nature humaine.


On peut se poser aussi la question, dans cette société, de la place à offrir aux communautés trans-sexuelles pour être libre d’être mère? Donc se pose aussi la question de l’adoption quel que soit le couple, l’âge, le genre!


La question d’être mère est-elle physiologique? Est t'elle liée au genre féminin ? Est t'elle lié au lien de coeur ou de sang?




"Vous êtes sur Terre grâce à une chance sur 400 quadrillion (la surface de l’océan Atlantique) d’être ici. "

Etre mère physiologiquement : est-ce être une Mère?


Le voyage de la fécondité et de la grossesse puis l'accouchement passionne depuis la nuit des temps.

Comme toujours, la science occidentale a voulu expliquer cette magie humaine dans un cadre et des protocoles mais la vie est-elle un contrôlable?

Je ne vais pas vous faire un cours de physiologie humaine mais plutôt de magie de la vie.


Question de probabilité ou de destin?

La chance que votre mère et votre père se soit rencontré est de 1 pour 20 000 puis 1 chance sur 2000 que cette rencontre aboutisse à une grossesse.

L’homme produit 4 000 milliards de spermatozoÏdes par année et une femme produit 100 000 ovules dans sa vie. D’un point de vue mathématique, vous êtes sur Terre grâce à une chance sur 400 quadrillion (la surface de l’océan Atlantique) d’être ici.

Pour aller plus loin sur ces chiffres je vous invite à aller sur racinedelepresence.com.


Qu’en est’il lors d’une insémination artificielle? Les chances de réussite vont de 28 à 63% selon le nombre de tentatives.

Que représente ces 399 quadrillons d’autres chances ou ces 37% d’autres possibilités.

Avez-vous vu la série “The Gift” sur Netflix? https://www.netflix.com/fr/title/81037848

Cette série symbolise et explique assez bien les probabilités et les lignes de temps qui font que le passé, le présent et le futur sont en mouvement en même temps.

Imaginons, alors d’un point de vue de la magie de la vie, que ces pourcentages représentent les choix que notre conscience décide de faire avant même d’être matérialisée en foetus!

C’est ainsi, que l’on peut imaginer décider, avant de naître, les parents que l’on souhaitent avoir pour vivre ce que nous souhaitons découvrir de cette vie humaine.

Comme il y existe un libre arbitre pour chacun, qui est une loi universelle, les avortements, les fausses couches et les infertilités font partis du contrat signé avec notre Âme pour avancer sur ce chemin.


Devenir mère n'est il pas au delà des statistiques et d’un spermatozoïde qui rencontre une ovule, un vrai parcours signés à plusieurs?


"Être mère est une ouverture et un accueil des être vivants! Dans ce cas, devenir mère n’est pas spécialement physiologique, ni filial. "

Être une mère est avant tout un accueil de la vie en soi!


Dans ce processus physiologique ne pourrions nous pas comparer la maternité à "l'accueil" de la vie et non au "don" de la vie?

Quand une femme dit : “j’ai donné la vie”, n’est ce pas égotique? Ne pourrait- on pas dire plutôt “j’ai accueillie la vie en moi” une seconde fois après ma propre naissance.

Dans une société où nous sommes dans le faire , accueillir est selon moi guérisseur du féminin et de la fertilité.

S’ouvrir à la vie, comme l’ovule qui laisse le passage au spermatozoïde, comme la vulve et le vagin qui accueille le pénis de l’homme pour jouir ensemble de la vie, comme le col de l’utérus et la vagin qui s’ouvrent au moment de la naissance pour laisser venir cet être vivant, comme les bras qui s’ouvrent pour entourer l’enfant et le poser contre son corps, comme la femme qui ouvre ses bras pour étreindre son compagnon, comme l’utérus qui ouvre un espace pour accueillir la nidation.


Durant 20 années d’accompagnement de patients, les problèmes de fertilité que je traitais en acupuncture venaient avant tout de cette autorisation à accueillir la vie. Et même si ces femmes voulaient plus que tout au monde être mère, des blocages inconscients venaient empêcher toutes ces pénétrations et ouvertures à la vie, au plaisir, et à la jouissance!


Donc en partant de ce constat, être mère est une ouverture et un accueil des être vivants! Dans ce cas, devenir mère n’est pas spécialement physiologique, ni filial.

Amma, figure spirituelle d’Inde, représente pour des millions de gens cette mère universelle. Elle accueille à travers ses bras et ses baisers chaque enfant du monde, chaque humain.

Car je connais nombres de mères qui le sont devenues physiologiquement et qui n’ont pas ouvert les bras à la vie, ni à la parentalité.



"Un mouvement, appelé les “Ginks” est même née pour prôner la liberté de de vivre sans enfants pour protéger la planète. "


Ne pas vouloir être mère !


Concentrons nous sur la France.

30% de femmes ne désirent pas être mère.

Un mouvement, appelé les “Ginks” est même née pour prôner la liberté de de vivre sans enfants pour protéger la planète.

Que se soit pour des raisons médicales, un non désir, un refus de voir naître un enfant dans ce monde “malade”, une envie d’aider la planète, un manque de ressentis ou de plaisir face aux enfants… toutes ces justifications permettent à la femme d’oser dire que non, avoir un enfant n’est pas une “norme”.


Et dans cette société, assumer ce choix, est un vrai combat. Les remarques comme “tu as le temps de changer d’avis”, “après le mariage, c’est pour quand le bébé”, “tu n’y arrives pas, t’inquiète pas ça viendra”, “tu n’aimes pas les enfants?”, “tu es la dernière des copines à ne pas avoir encore d’enfants”, “tu as 35 ans, n’attends pas car tu ne pourras plus en avoir…”, “quand me permettras-tu d’être grand-mère?”... autant d’injonctions qui demandent aux femmes de se justifier alors qu’elle ne devraient pas!


Demande t’on à une femme pourquoi elle est cheffe d’entreprise? Ou pourquoi elle a décidé de partir vivre à Bali? ou pourquoi elle n’économise pas d’argent et préfère profiter de la vie?


Les injonctions sont comme des poisons qui conditionnent l’être humain.

La base de la vie, est le libre arbitre. Dans un pays, où nous avons la chance d’agir selon notre volonté (enfin, à rediscuter en ces temps d’obligations et de sanctions pour le non port du masque), personne n’a à justifier ses choix tant qu’il ne met pas en danger la vie d’autrui.




"Je crois fortement, au pouvoir des rituels dans nos vies."


Devenir mère sans physiologie


De nombreux études ou livres indiquent l’importance de l’accouchement dans le passage d’une femme pour devenir mère.

D’un point de vue spirituelle, l’accouchement ramène la femme au pas-sage entre la vie et la mort. Elle se reconnecte à la vie au delà de la mort, à cette ligne si fragile qui nous ramène à la vulnérabilité et pour les croyants à une vie qui ne cesse de s’arrêter.


Mais doit t’on laisser passer un enfant dans notre col pour devenir mère?

Quand est t'il des femmes qui accouchent par péridurale car elles ne ressentent pas le passage ou par césarienne ou encore qui adoptent?

L’accouchement est un rituel.

Comme les rituels que nous vivions dans l'ère de la Chrétienté ou les rituels que certains pays honorent pour les déités. Les baptêmes, les mariages, les autels, les messes les mantras… sont de moments où nous ritualisons la vie pour créer des ponts entre nous et l’Univers.


Ces rituels font défaut dans notre société. Mais finalement, ne suffit t'il pas de créer des rituels pour permettre ces pas-sages?

Dans les temps anciens d’Egypte, il existait un rituel où on enfermait les gens dans des cercueils plusieurs jours pour permettre de transcender les peurs et la mort.

Dans la sexualité sacré des temples d’Isis et Osiris, la fécondité n’était pas affaire seulement d’un homme et d’une femme. Il se préparait 3 ans avant l’accueil de cette union pour accueillir la vie.


Je crois fortement, au pouvoir des rituels dans nos vies. Ainsi, les femmes qui n’ont pas développer d’instinct maternel à la naissance, celles qui ont accouchées par péridurale, celles qui ont adoptées, celles qui sont en couple homosexuelle ou transgenre, pourraient tout à fait vivre ce passage pour sentir dans leurs entrailles qu’elles sont devenues des mères physiologiquement aussi. Rappelez-vous que l’esprit ne fait pas de différence entre l’imaginaire et le réel.




"Qu’importe car l’amour maternel n’est pas propre aux enfants, ou à la naissance physiologique. Il est un pouvoir universel à utiliser! "


Etre mère sans enfants


Si nous reprenons Amma, qui est un modèle incarné de mère universelle, on comprends mieux dans ce sens que être mère ne signifie pas toujours avoir un enfant ou avoir accouchée.


Je pense aux familles d’accueil, au rôle de marraine, aux assistantes sociales, à certaines enseignantes qui portent en leur coeur des enfants en secret. Pourquoi est-ce caché? Car dans notre société, dire que nous ressentons de l'amour pour un enfant qui n'est pas le nôtre biologiquement est une faute, une hérésie.

Nos enfants ne nous appartiennent pas, selon la loi universelle, ils n'appartiennent qu’à eux même. Parfois, certaines femmes comprennent mieux certains enfants que la propre mère de sang!

J’ai moi même joué ce rôle pour ma nièce, je le sentais viscéralement dans mes entrailles. Elle était comme ma fille car sa mère n’était pas présente à ce moment là. Je ne l’ai jamais dit mais j’avais un amour identique pour elle que pour mon fils à l'époque, j’étais capable de m’inquiéter, d'avoir envie de lui apporter mes vérités et l'éduquer comme je le fais avec mes 3 enfants. Maintenant qu’elle est adulte, je ressens toujours cet amour pour elle, mais j’ai aussi appris le détachement car elle doit suivre sa voix, ses choix, ses valeurs.


Soyons toutes des mères d’abord pour nous en étant attentive, en sachant s’écouter, en accueillant qui nous sommes dans nos ombres et nos lumières, en répondant à nos besoins, en nous apportant ce qui nous fait vibrer. Puis offrons ce dont d’être mère dans la matière ou auprès d’humains… Qu’importe car l’amour maternel n’est pas propre aux enfants, ou à la naissance physiologique. Il est un pouvoir universel à utiliser!





Bienvenue dans l'authenticité de la vie avec mes mots

Inscris toi pour ne louper aucun article

  • Icône sociale YouTube
  • Facebook
  • Instagram

Tu as un message? Partageons nos idées

Audrey by Ame de femme "journal d'une nana authentique"