La femme du 21 ème siècle est-elle libre?

Nous avons gagné le droit de vote, le droit de travailler, le droit d'avorter, le droit de divorcer…


Mais sommes nous pour autant libre en tant que femme des sociétés modernes ?




Un peu d'histoire.


Lors de la III ème République, les femmes eurent le droit à l'instruction.

Le 21 avril 1944, les femmes ont le droit de vote.

1956-1960 : le planning familial naît avec le droit à l'avortement.

1965 : les femmes peuvent travailler sans le consentement de leur mari.

1967 : le droit à la contraception.

1970 : l'autorité parentale devient conjointe.

1972 : principe de l'égalité des droits de rémunération égalitaire.

1975 : divorce par consentement mutuel autorisé.

1980 : le viol est reconnu comme crime.

8 mars 1982 : premiere journée de la femme.

5 septembre 1990 : La Cour de Cassation reconnaît pour la première fois le viol entre époux.

1996 : quota d’un tiers de femmes dans chaque assemblée.

2002 : La loi offre aux parents la possibilité de transmettre à leur enfant soit le nom du père, soit le nom de la mère, soit les deux noms accolés dans l’ordre choisi par eux.

2004 : plan de lutte contre les violences faites aux femmes.

2006 : contraception gratuite et anonyme pour les mineures.

2007 : 3919, numéro de téléphone national unique destiné aux victimes et aux témoins de violences conjugales.

2017 : étend le délit d’entrave à l’IVG aux nouvelles pratiques virtuelles.

2017 : libération de la parole avec #MeToo et #BalanceTonPorc.

2018 : création d’une infraction d’outrage sexiste pour réprime le harcèlement dit "de rue".

On avance à petit pas. Tout ceci est non seulement dans le sillon proche de nous, mais certains de ces droits sont loins d'être mis dans la matière et acté au quotidien.

Sans parler des femmes qui n'ont même pas cette demi-chance dans le monde.



Chanceuse ou demi-chanceuse ?


Oui une demi-chance car effectivement nous avons le droit de parler mais sous certaines conditions et encore faut-il aussi être entendues !

Demi-chance car oui nous avons des protections juridiques mais combien de femmes sont encore violées, tuées chaque jour ? Comment de dossiers sont sans suite?

Demi-chance car quelles sont les femmes qui osent se promener à n'importe quelle heure de la nuit sans penser à se faire "emmerder"? Ou encore quelles sont les femmes qui osent s'habiller comme elles veulent sans recevoir des remarques déplacées?

Demi-chance car la langue française n'est pas adaptée aux femmes...comme si le féminin avait moins de valeur ! Je vous conseille les superbes vidéos de Noémie Delattre à ce sujet.

Demi-chance car c'est encore les femmes qui s'occupent le plus des enfants et qui mettent en parenthèse leurs carrières professionnelles, bien souvent.

Demi-chance car à travail similaire les femmes gagnent 27% de moins, toujours aujourd'hui malgré la loi de 1972 sur le principe de l'égalité des droits de rémunération égalitaire.

Demi-chance car de nombreuses femmes sont battues en silence chaque jour...Et comme ces femmes ont souvent moins de force physique pour se défendre, elles se taisent.

Demi-chance car nous n’avons pas appris à la femme à parler, à oser dire non, à la déculpabiliser de tout, à la laisser libre de son corps, de son métier et de ses devoirs face à la vie et la société.

Demi-chance car certains vont dire : " il y a pire ailleurs comme conditions féminine". C'est vrai.. Mais est-ce, au 21 ème siècle, une normalité ?

Demi-chance car aujourd'hui, une femme qui ose témoigner des abus et viols qu'elle a subie auprès de sa famille, on lui demande de se taire ou encore de pardonner car c'est de l'histoire ancienne.

Demi-chance car les femmes qui aiment les femmes sont montrées du doigt, que celles qui ne veulent pas d'enfants, qui gardent leurs poils, qui veulent devenir des hommes, qui aiment la plomberie et le foot, qui s'habille en jean avec les cheveux rasés sont vues par la société comme des femmes à part. Comme si il y avait une norme des femmes! Un moule et un code à respecter!




Une chance à saisir


Peut-être que nous sommes au niveau d'une demi-chance?

Mais je crois que la réalité c'est que nous sommes chanceuses.

Pourquoi ? Car nous avons le potentiel de créer la vie et le monde que nous désirons.

Et dans ce monde de nombreux hommes soutiennent les femmes.

Mesdames notre devoir c'est de parler, d'oser dire non, d'aller au bout avec la justice de ceux qui entendent, de se faire aider, de s'épauler, de s'entraider... Renouons entre nous pour ne plus être jalouses, rivales ou encore se comparer... Mais soyons soutenantes, bienveillantes, sororales, comme des sœurs.

Une sœur à le droit de ne pas être d'accord mais elle est une main tendue.

Mesdames tendez la main à une amie, à une sœur, à une femme qui le demande.

Notre devoir est d'être responsable en parlant, en soutenant, en coopérant les unes avec les autres.

Et merci à tous les hommes qui soutiennent ces femmes car ils veulent un monde meilleur, plus équitable où nous marchons femmes et hommes main dans la main dans une humanité unie.




Libérons la parole sur les sujets du féminin!


Il est régulier aujourd’hui de voir des femmes parler de vulves, vagins, sexualité, cycle menstruel.

Mais est-ce vraiment encore une normalité? Pas vraiment à mon sens.

Des Comédiennes comme Noéme deLattre ou encore Laura Calu dénoncent les injustices et les incohérences actuelles au sujet des femmes.

Il existe de nombreux mouvements comme les comptes instagram de “dans-la-bouche-dune-fille”, “noustoutesorg”, “les glorieuses”, “les effrontees”.. . et bien d’autres encore qui valorisent cette liberté féminine pour arrêter un système patriarcal, pour stopper la dévalorisation des femmes ou encore qui mettent la femme dans une position de soumise.

Récemment, en osant mettre une image de mon éponge menstruelle pleine de sang sur les réseaux sociaux, j’ai eu le droit à quelques remarques sur le fait que “ça gênait” certaines femmes, que c’était “trop intime”, que c’était “sale”…. Soyons le changement en osant dire que

  • le sang est naturel

  • notre vulve sent bon

  • nous avons le droit d’être en mini jupe ou pantalon

  • notre corps nous appartient

  • les filles aiment le bleu, les voitures de courses et les poils aussi...

  • nous sommes souvent les victimes d’un système qui soumet la femme

  • la charge mentale est une réalité pour nombres de femmes et le burn out aussi

  • nous n’avons pas comme vocation à être forcément MERE

  • les bourrelets, la cellulite, les vergetures sont des corps parfaits aussi

  • le mariage n’est pas un objectif pour toutes

  • nous pouvons être charpentière, plombière … je sais ces mots n’existent pas mais je prends le droit de les féminiser.

  • une femme abusée dans sa famille n’a pas à se taire, ni faire comme si il ne s’était rien passé. Elle est une victime qui a le droit de se défendre.



Cette liste n’est bien sûr pas exhaustive mais elle peut se compléter à l’infini selon nos histoires, nos cultures, nos pays...



Liberté de la femme masquée!


En ces temps un peu bousculé, je ne pouvais pas parler de la liberté de la femme sans vous parler de nos libertés avec la situation du covid.

Je voudrais vous faire un parallèle entre une célèbre série télévisée et les masques d'aujourd'hui. Le célèbre livre “la servante écarlate” de Margaret Atwood en 1985 a donné naissance en 2017 à la série du même nom.

Cette série qui va présenter sa 4 ème saison en 2021, est un vrai succès. Je ne suis pas série télévisée mais cette série m’a bousculée sur les droits de femmes et m’a permis de me questionner sur “comment une situation peu basculée quand une élite prend le pouvoir!” L’héroïne June Osborne jouée par l’actrice Elisabeth Moss ainsi que les autres servantes sont au service et soumises aux Commandants des maisons. Ces servantes sont violées, pendues au nom de Dieu et d’une religion. Vous allez me dire c’est une fiction!

Là où je veux en venir, c’est que selon moi il y a une synchronicité troublante entre cette série et la 3 ème saison. Lors de la 3 ème saison diffusée le 2 mai 2018, les servantes écarlates sont muselées au sens propre et figurée. Regardez l’image. Ces femmes coiffées de cornettes blanches, vêtues de scapulaires carmin qui remontent jusqu’à la bouche et muselées, sont comme masquées.Moins d’une année après la sortie de la saison 3...c’est toute une nation, un monde d’humanité qu’on fait taire avec des masques obligatoires.

Sachez que le langage que l’inconscient comprend est le symbole et non le langage verbal!

Cela ne vous trouble pas? Cela pose tout de même la question de cette coïncidence entre une série et une réalité?

Car qui aujourd’hui sous ce masque peut dire qu’elle est libre de respirer, de parler correctement, de sourire, d’embrasser, de reconnaître les gens qui passent, de décrypter les émotions?

Jusqu'où êtes vous prête à accepter ce masque, ces injonctions non justifiées d’un pouvoir politique?

Je reconnais en ce jour, le courage de nos ancêtres qui ont combattu comme résistants lors de la seconde guerre mondiale.



Un monde libre?


Je vous ai déjà expliqué que notre réalité extérieure est le reflet de notre réalité intérieure.

Si vous avez peur, c’est l’insécurité qui se déploie à l’extérieur.

En ces temps, voulez vous la liberté ou la sécurité? Le bonheur ou une vie stable? Le mouvement et les surprises ou vous terrer dans votre foyer?

Soyons des gardiens et gardiennes de nos libertés au nom de ceux qui les ont gagnés pour nous. Soyons citoyennes de ces 3 mots que représentaient la France “liberté, égalité, fraternité”. Transformons cette devise en “Liberté, égalité, solidarité”pour la place poure tous.

Soyons fières dêtre des femme et courageuses pour poser notre puissance sans violence mais avec foi et détermination vers une vie où chacun est libre d’exister pour ce qu’elle est.


Liberté au peuple!


Bienvenue dans l'authenticité de la vie avec mes mots

Inscris toi pour ne louper aucun article

  • Icône sociale YouTube
  • Facebook
  • Instagram

Tu as un message? Partageons nos idées

Audrey by Ame de femme "journal d'une nana authentique"